Parce qu'il est important d'être bien accompagné ! Contactez gratuitement un psychothérapeute, spécialisé en psychothérapie, ou posez votre question dans le formulaire. Comment trouver un bon psy ?

Le burn-out n’est pas un mythe

Sommeil
Publié le 23/03/2011 - Mise à jour le 02/01/2015

Souvent associé à la faiblesse, à l’incapacité et la défaillance, il est important de le diagnostiquer pour en sortir.
Qui sont les plus touchés ? Quels en sont les symptômes ? Comment y remédier ?

Qu’est ce que le burnout… ?

Le burnout, ou le syndrome d’épuisement professionnel est une réaction de l’organisme suite à un stress prolongé de l’individu lié à sa place dans l’entreprise. Il est définit comme la perte de motivation d’un individu pour son travail, surtout quand la forte implication du sujet n’a pas produit les résultats désirés. Il s’agit d’un processus lent où déséquilibre entre vie professionnelle et vie privée s’accentuent progressivement durant des années. Ces trois dernières décennies, les recherches sur le burnout se sont multipliées, elles permettent aujourd’hui d’en avoir une définition opératoire précise, de cerner ses manifestations, ses causes et ses conséquences, que celles-ci se situent au niveau de l’individu, des relations professionnelles ou de l’organisation.

Quand le travail vous épuise !

Aujourd’hui, l’épuisement professionnel peut toucher toutes les catégories professionnelles, les hommes d’affaires et les responsables de direction soumis à une forte pression en matière de résultats, les salariés confrontés à une insécurité professionnelle en raison de restructurations, de fusions ou de réductions de postes prévues, frappant ainsi un nombre grandissant d’individus chaque année.

Le burnout apparaît lorsque de fortes sollicitations mentales émotionnelles et affectives sont activées, dans les postes où l’on cherche à atteindre des objectifs difficiles, voire impossibles, ou bien les postes où il existe une ambiguïté ou encore un conflit de rôles.

Des symptômes progressifs et souvent ignorés

Les principales manifestations de l’épuisement professionnel sont le manque de motivation pour sortir de son lit dés le matin, l’apparition de problèmes de santé mineurs : maux de tête, de dos, d’estomac, rhumes à répétition, troubles intestinaux, perturbations du sommeil, manque d’attention, irritabilité, impatience, fatigue.

Le sujet réagit alors de façon inappropriée face à ses collègues. Il devient de plus en plus irascible et se coupe de tout contact social. La détérioration du rendement et de la productivité, s’accompagne d’une dépression et d’un manque de réactivités accrues. L’aboutissement final de l’épuisement se caractérise par une apathie totale et l’incapacité de mobiliser les ressources intérieures pour répondre aux exigences extérieures.

Que faire… ?

Contrairement à la croyance souvent véhiculée, une personne épuisée n’est pas quelqu’un qui s’écoute trop, mais une personne qui ne s’écoute pas assez. Il ne faut donc pas banaliser les signes d’avertissement, surtout ne pas attendre l’écrasement total. Si fatigue, démotivation, sensation de difficultés professionnelles insurmontables, deviennent quotidiens, il est alors nécessaire de consulter pour avoir un avis médical. Lors de cette phase, l’administration d’un traitement médicamenteux peut s’avérer nécessaire, mais il importe d’y inclure une approche psychothérapeutique.

Ces séances doivent permettre de se questionner, pourquoi cet acharnement au travail ? Pourquoi ces attentes élevées, parfois irréalistes vis-à-vis de moi -même ? Suis je impliquée dans ces activités stressantes pour mon propre compte ou pour satisfaire quelqu’un d’autre ? Puis –je déléguer certaines responsabilités ?

Cette exploration a pour objectif d’envisager toutes les solutions possibles pour moduler les champs de responsabilité, faire en sorte que le sujet prenne conscience de ses propres exigences et à contrario de son besoin de lâcher prise – un arrêt de travail s’avère souvent nécessaire.

Réduire les heures de travail, lâcher l’idée qu’on peut tout faire avec la volonté, modifier l’équilibre entre les activités stressantes et les activités de détente, apprendre une technique de relaxation, pratiquer l’exercice physique, natation, promenades…, réapprendre à se faire plaisir et entretenir son réseau social, apprendre à rire de soi et de ses difficultés, apprendre à identifier les situations qui génèrent le stress puis apprendre à le gérer. Travailler jour après jour à garder une bonne estime de soi est une sorte de passeport pour le mieux-être, un acte de prévention pour éviter une récidive.

Mon-Psychotherapeute.Com |Dominic Anton

  • ► Article suivant : Le sommeil et la dépression
  • ► Article précédent : Au secours, j’ai la phobie du Lundi !
  • Si vous souhaitez copier un extrait de cet article sur votre site, assurez-vous de respecter les conditions générales d'utilisation du site Mon-Psychotherapeute.Com.

    POSEZ VOTRE QUESTION

    Posez votre question, un psychothérapeute certifié vous répond !
    Vos informations sont confidentielles. Tous les détails dans notre rubrique "Mentions légales"

    2 commentaires pour “Le burn-out n’est pas un mythe”

      Moi je suis toujours fatigué au travail ;-),
      j’ai du mal à émerger le matin, ce qui me rend insociable vis à vis de mes collègues

    1. Depuis que je prends du XIPREXA 5 mg , je n’ai plus de troubles du caractère

    Laissez un commentaire pour cette article

    Suivez nous ...
    Abonnez-vous à notre newsletter,
    déja +11000 abonnés
    Votre avis...
    Vous arrive t-il de pleurer ?

    Voir les résultats