Parce qu'il est important d'être bien accompagné ! Contactez gratuitement un psychothérapeute, spécialisé en psychothérapie, ou posez votre question dans le formulaire. Comment trouver un bon psy ?

La dépression n’a pas que des conséquences psychologiques

Dépression
Publié le 22/04/2014 - Mise à jour le 02/01/2015

dépression pas bon pour la sante physiqueSelon une enquête menée en 2005 par l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation à la santé), la dépression serait une des pathologies psychiques les plus répandues : de 15 à 75 ans, dans les mois qui précèdent l’étude, 8 % de Français auraient été confrontés à une dépression. Et 19 % l’ont vécue ou y seront confrontés au cours de leur vie. Elle a diverses causes et conséquences connues notamment sur l’aspect psychologique, le mode de vie et l’interaction sociale de l’individu. Une récente étude norvégienne vient apporter un complément d’information en mettant en évidence une conséquence physique : le risque de crise cardiaque.

Une enquête norvégienne a été dévoilée à l’occasion de l’Euro Heart Care 2014, conférence européenne mise en place par la Société européenne de cardiologie. Cette enquête, qui a suivi 63 000 volontaires sur 11 ans, est la première qui établit des données fiables mettant ainsi en lien ces deux pathologies.

Les résultats sont probants : les personnes souffrant d’une dépression « légère » ont un risque plus élevé de 5 % de subir une crise cardiaque. Et on passe à 40 % pour celles qui souffrent d’une forme de dépression plus avancée ou sévère.

Dans la même direction, une étude avait été publiée en 2010 par l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) concluant que les personnes combinant dépression et pathologie cardiaque voient multiplié par quatre le risque de décès pour cause de maladie cardiovasculaire.

En ce qui concerne cette étude norvégienne, elle met en avant les possibles causes en rapport avec l’augmentation du risque de crise cardiaque. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le fait d’être dépressif et de fonctionner au « ralenti » n’éloigne pas ce risque, au contraire, du fait d’un mode de vie généralement moins sain, il tend à le favoriser.

Les chercheurs mettent en avant un facteur qui aurait toute son importance : le stress !
Il serait un lien entre ces deux pathologies, dans un effet de boule de neige, la dépression enclenche les hormones du stress qui à leur tour vont favoriser inflammations et athérosclérose constituant des causes de maladies du cœur.

Cette enquête a également pour objectif la prévention : il est possible de se sortir de la dépression à condition qu’il y ait une démarche de la personne ou de l’entourage de fait. Plus tôt elle est prise en charge, plus il sera facile de la faire régresser…

Mon-Psychotherapeute.Com

Si vous souhaitez copier un extrait de cet article sur votre site, assurez-vous de respecter les conditions générales d'utilisation du site Mon-Psychotherapeute.Com.

POSEZ VOTRE QUESTION

Posez votre question, un psychothérapeute certifié vous répond !
Vos informations sont confidentielles. Tous les détails dans notre rubrique "Mentions légales"

Laissez un commentaire pour cette article

Suivez nous ...
Abonnez-vous à notre newsletter,
déja +11000 abonnés
Votre avis...
Vous arrive t-il de pleurer ?

Voir les résultats