Trouver un psychothérapeute

Poser votre question

Accueil | Actualités | Bien vivre | Le « moi je » : narcissisme ou véritable signe d’alerte ?
a

Le « moi je » : narcissisme ou véritable signe d’alerte ?

Certaines personnes ont tendance à tout rapporter à elles et à employer l’expression « moi je » de façon récurrente. Pour beaucoup, il s’agit là d’un vrai trait de narcissisme.

Certaines personnes ont tendance à tout rapporter à elles et à employer l’expression « moi je » de façon récurrente. Pour beaucoup, il s’agit là d’un vrai trait de narcissisme. Néanmoins, il se pourrait que les psychologues ne soient pas du même avis. En effet, d’après des recherches effectuées auprès de 4 700 personnes, le fait de trop parler de soi ne serait en rien du narcissisme, mais plutôt une alerte pour un problème plus compliqué.

« Moi je » : que disent les recherches

Alors que dans notre société les gens qui parlent souvent d’eux-mêmes ont tendance à être vus comme narcissiques, égocentriques ou bien encore imbus de leurs personnes, il se pourrait bien que la réalité soit différente. Les chercheurs qui se sont penchés sur le sujet on décidé de prendre plus de 4 700 personnes afin d’analyser leurs comportements. L’idée de cette étude était de voir comment les individus réagissaient à certains épisodes du quotidien et quelles en étaient les conséquences directes. Lors de ces recherches, les spécialistes se sont également penchés d’un peu plus près sur les symptômes d’états dépressifs ainsi que sur ce que l’on peut qualifier d’instabilité émotionnelle.

Concrètement, après différentes analyses, les chercheurs sont parvenus à conclure que plus le sujet utilisait des termes tels que « je », « moi » ou « mon », plus l’instabilité émotionnelle et les états dépressifs étaient intenses. Pour se faire une idée concrète de ce phénomène, il faut se pencher sur les chiffres. Alors qu’une personne « normale » prononce ces mots environ 1 400 fois par jours, une personne en détresse psychologique aura tendance à augmenter cette moyenne pour arriver jusqu’à 2 000.

Quelle est l’explication de ce phénomène ?

Si les personnes en détresse psychologique ont plus tendance à utiliser le « moi je », ce n’est pas un hasard. D’après les experts, cela serait directement en lien. En effet, il semblerait que le fait de ressentir des émotions négatives pousserait les individus à focaliser leur attention vers eux. De ce fait, ce mécanisme se ressent automatiquement dans leurs paroles.

Bien entendu, pour diagnostiquer un état dépressif ou tout autre problème similaire, les psychologues ne peuvent pas se baser sur le simple fait qu’un patient parle beaucoup de sa propre personne. Il se peut très bien que des personnes aient tendance à agir de la sorte sans pour autant présenter une instabilité émotionnelle. Toutefois, cela peut être un indice chez certaines personnes qui auraient du mal à alerter sur leur détresse.

Mon-Psychotherapeute.Com

Laisser un commentaire