Trouver un psychothérapeute

Poser votre question

Accueil | Actualités | Famille | Doit-on tout dire à nos enfants ?
a

Doit-on tout dire à nos enfants ?

« Et si je le laissais à l’écart de tout ça ! »... Cette réflexion peut apparaître comme une évidence pour un parent pensant ainsi protéger son enfant...

Certains évènements de la vie, comme une trahison, une perte d’emploi, une maladie ou encore un décès, peuvent être bouleversants pour la vie de famille. Déjà préoccupants pour un adulte, serait-ce judicieux d’en faire part aux enfants ? Et dans quelles conditions ?

« Et si je le laissais à l’écart de tout ça ! »… Cette réflexion peut apparaître comme une évidence pour un parent pensant ainsi protéger son enfant. Ce n’est pas aussi simple, ce n’est pas parce qu’il est encore petit qu’il ne voit pas ce qui se passe autour de lui. En effet, il sentira l’anxiété suite à la nouvelle et l’éventuel changement de comportement ou d’ambiance au sein de la maison. Le fait de ne rien dire donne la sensation qu’il faut cacher, car c’est quelque chose de mal ou de honteux, il est alors facile pour l’enfant de s’imaginer les pires choses. Cela peut entre autres le conduire à se croire responsable, il en résultera un comportement de repli ou à l’inverse, il essaiera d’attirer l’attention.

D’autres parents ont un mode de fonctionnement totalement opposé. Au-delà de parler avec leurs enfants, ils vont aller jusqu’à donner des détails, répondre aux questions, comme ils le feraient avec un adulte. Apporter un tas de détails est au mieux inutile, au pire nocif pour l’enfant. Tout comme les termes utilisés qui sont très importants, le but n’est pas qu’il partage votre anxiété, mais qu’il soit informé.

Bien évidemment, on ne parle pas de la même manière à un tout petit et à un adolescent.  L’information doit se situer au niveau de l’âge et des capacités de compréhension de chacun. Si les enfants ont des différences d’âge, il peut être intéressant d’en parler une fois tous ensemble, puis d’aller un peu plus loin avec chacun d’entre eux séparément.

Dans certaines situations, comme une séparation temporaire, qui peut modifier le quotidien familial, il est alors important d’inclure l’enfant et de lui expliquer ce que cela va modifier dans sa vie. Mais il n’est pas conseillé de lui dire la cause de la séparation par exemple.

Le but est de l’informer, non de le responsabiliser, l’enfant doit savoir qu’il peut entamer le dialogue de façon sereine, poser des questions, libre aux parents de choisir d’y répondre ou non. Selon les situations, il est plus ou moins simple d’aborder le sujet, dans certains cas, il peut être plus intéressant d’avoir recours à un médiateur, qui peut favoriser l’échange.

Mon-Psychotherapeute.Com

Laisser un commentaire