Trouver un psychothérapeute

Poser votre question

Accueil | Actualités | Bien vivre | Lien entre somnifères et maladie d’Alzheimer
a

Lien entre somnifères et maladie d’Alzheimer

lien entre somnifere et Alzheimer
Et si... les somnifères qui vous aident à dormir aujourd'hui augmentaient vos chances de développer la maladie d’Alzheimer demain ?

Et si… les somnifères qui vous aident à dormir aujourd’hui augmentaient vos chances de développer la maladie d’Alzheimer demain ? C’est la conclusion qui ressort de l’étude franco-canadienne publiée ce mardi 9 septembre dans la revue Brtish Medical Journal.

Sur une période de six ans, des chercheurs ont pu étudier et comparer 1796 personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer et plus de 7000 personnes dites en « bonne santé » ayant les mêmes critères d’âge et de sexe. La prise chronique durant plus de trois mois de somnifères ou de médicaments contre l’anxiété de la famille des benzodiazépines favoriserait jusqu’à 51 % les risques de développer la pathologie d’Alzheimer. Les chercheurs rappellent que le lien de cause à effet n’est pas prouvé, cependant, l’association reste significative, notamment dans la durée de la prise, et plus importante pour les benzodiazépines à longue durée d’action !

Surconsommation de somnifères

Ces conclusions viennent appuyer la mise en garde des autorités sanitaires (HAS) qui avaient déjà fait diverses publications sur le sujet concernant les prescriptions trop fréquentes, notamment chez les personnes âgées (environ 3,5 millions de personnes). La France est l’un des pays parmi les plus gros consommateurs de somnifères d’Europe. Afin de faire baisser le nombre de traitements abusifs, des mesures ont été décidées, comme la réduction des remboursements de prise en charge sociale.

Cependant, les benzodiazépines sont des solutions permettant d’intervenir lors de crises d’anxiété ou d’insomnies temporaires et dans la mesure où il s’agit d’une prescription de courte durée. Il faut également garder à l’esprit que ces résultats s’ajoutent à une liste d’effets secondaires déjà recensés, comme pour tout traitement médicamenteux.

L’accompagnement d’un psychiatre peut apporter un complément psychothérapeutique à l’éventuelle prescription de médicaments. D’autres prises en charge non médicamenteuses sont possibles, certaines psychothérapies ont prouvé leur efficacité sur les troubles du sommeil et les insomnies.

Mon-Psychotherapeute.Com

Laisser un commentaire