Trouver un psychothérapeute

Poser votre question

Accueil | Actualités | Famille | Alzheimer – Un nouveau traitement anticancéreux suscite des espoirs
a

Alzheimer – Un nouveau traitement anticancéreux suscite des espoirs

Alzheimer : un pas en avant - Un nouveau traitement anticancéreux suscite des espoirs de guérison

Nouvelle mise à jour 11/02/2012 !

Un médicament contre certains cancers de la peau permettrait de soigner la maladie d’Alzheimer.
Un nouveau traitement anticancéreux
qui suscite de nombreux espoirs. Le bexarotène, a permis de soigner des souris qui ont retrouvées rapidement leurs fonctions cérébrales. Les premiers résultats des tests cliniques chez les humains sont attendus en 2013.

Un nouveau traitement possible ?

“Une découverte majeure” a été annoncée le mardi 26 Janvier 2010 par le professeur Etienne-Emile Baulieu, concernant la recherche d’un traitement pour la maladie d’Alzheimer et autres maladies dégénératives du même type.
Un des “marqueurs” qui favorise le développement de la maladie proviendrait de l’accumulation de plaques (amyloïdes) et d’une protéine (Tau) se situant dans le cerveau, en quantité, entraînant un “dysfonctionnement des synapses“. Le but est alors d’empêcher cette accumulation de protéines, s’avérant utile pour “prévenir, soigner, ou bloquer le développement de la maladie“.
La protéine FKBP52, naturellement présente dans l’organisme a fait l’objet de plusieurs études. “Les protéines FKBP52 diminuent la concentration et l’action de la protéine tau et inhibe la formation de buisson dans les neurones”(Professeur Baulieu).
Ces recherches ont notamment été menées sur des cellules nerveuses issues de cerveaux de personnes décédées (ayant fait don de leur corps à la science). Et prochainement il est prévu de tester l’influence de cette la protéine FKBP52 chez des souris génétiquement modifiées…

La maladie d’Alzheimer fut découverte par le médecin Aloïs Alzheimer, elle est une maladie neuro-dégénérative du tissu cérébral liée au vieillissement, qui entraîne un déclin progressif des facultés cognitives (perte des fonctions mentales, notamment la mémoire). Le plus souvent cette maladie est diagnostiquée vers l’âge de 65 ans, principale cause de démence, ce terme englobe de façon générale les problèmes de santé marqués par une diminution irréversible des facultés mentales. Les premiers signes peuvent être confondus avec certaines pathologies neurologiques, puisque la personne ayant la maladie d’Alzheimer aura avec le temps de plus en plus de difficulté à mémoriser évènements, objets, visages, elle aura du mal à se rappeler de la signification des mots et à exercer son jugement.

Mon-Psychotherapeute.Com

Laisser un commentaire