Parce qu'il est important d'être bien accompagné ! Contactez gratuitement un psychothérapeute, spécialisé en psychothérapie, ou posez votre question dans le formulaire. Comment trouver un bon psy ?

Moins de sel pour diminuer la migraine

Bien se nourrir
Publié le 02/02/2015 - Mise à jour le 01/06/2015

L’excès de sel pourrait favoriser les migraines selon des chercheurs américains qui publient une étude dans la revue BMJ Openmoins de sel contre la migraine

Le sel, qui est également responsable de l’hypertension, serait la cause première des migraines qui touchent plus de 11 % de la population mondiale. L’équipe de chercheurs dirigés par Lawrence Appel, de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health de Baltimore (Maryland), ont creusé cette piste.

Se basant sur les données de l’essai DASH, étudiant 390 personnes suivant un régime riche en fruits et légumes par rapport à un régime gras, les participants sont également passés par trois phases, d’une alimentation à faible teneur en sel, puis intermédiaire, et enfin élevée.

Les personnes qui avaient consommé peu de sel avaient 31 % moins de risques de connaître un mal de tête. Les chercheurs en ont déduit qu’une consommation moindre de sel pouvait diminuer les maux de tête à répétition et voient dans ces résultats « une nouvelle approche de prévention des maux de tête ».

Les autres produits qui causent les migraines

En revanche, le régime enrichi en fruits et légumes n’aide en rien pour lutter contre les migraines.

Selon de précédentes études, plusieurs produits pourraient engendrer des maux de tête, dont les boissons alcoolisées, mais aussi le fromage et le chocolat. Quant à la caféine, elle est certes efficace pour lutter contre la migraine, mais il pourrait s’agir, chez les grands consommateurs, d’un effet de manque.

En France comme dans d’autres pays industrialisés, la population consomme une quantité élevée de sel. Sans tenir compte du sel de table, un homme consomme en moyenne 8,7 grammes par jour, une femme 6,7 g, un garçon 5,9 g et une fille 5 g, ce qui se situe au-dessus des objectifs fixés par le programme national Nutrition Santé (PNNS3, 2011-2015), à savoir 8 g/jour chez les hommes, et 6,5 g chez les femmes et les enfants. Mais on est là  encore au-delà des 5 g/jour préconisés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Mon-Psychotherapeute.Com

Si vous souhaitez copier un extrait de cet article sur votre site, assurez-vous de respecter les conditions générales d'utilisation du site Mon-Psychotherapeute.Com.

POSEZ VOTRE QUESTION

Posez votre question, un psychothérapeute certifié vous répond !
Vos informations sont confidentielles. Tous les détails dans notre rubrique "Mentions légales"

Laissez un commentaire pour cette article

Suivez nous ...
Abonnez-vous à notre newsletter,
déja +11000 abonnés
Votre avis...
Vous arrive t-il de pleurer ?

Voir les résultats