Trouver un psychothérapeute

Poser votre question

Accueil | Actualités | Bien se nourrir | Le stress augmenterait la consommation alimentaire chez les enfants
a

Le stress augmenterait la consommation alimentaire chez les enfants

Certains adultes se ruent sur la nourriture lorsqu’ils sont envahis par les émotions, ils ne seraient pas les seuls ! Une récente étude menée par des chercheurs britanniques met en avant le fait que les enfants seraient également concernés.

Certains adultes se ruent sur la nourriture lorsqu’ils sont envahis par les émotions, ils ne seraient pas les seuls ! Une récente étude menée par des chercheurs britanniques met en avant le fait que les enfants seraient également concernés.

Dans cette étude, publiée dans la revue nutritionnelle The American Journal of Clinical Nutrition, le comportement alimentaire de 41 parents d’enfants âgés de 3 à 5 ans a été analysé durant 2 ans. C’est de là que vient le concept d’émotionnalité alimentaire. En effet, suite à diverses analyses des pratiques parentales et des tests effectués, une évidence a été mise en avant : les parents qui utilisent l’alimentation comme punition ou comme récompense, ou qui imposent de grandes restrictions alimentaires à leurs enfants, influencent (sans le savoir) la quantité de nourriture absorbée par les enfants.

Le stress déclenché par ce procédé pousserait l’enfant à manger plus, la nourriture serait alors perçue comme une solution pour combattre les émotions négatives.

Déjà, par le passé (2014), une étude faite par NutriNet-Santé (parmi tant d’autres) par exemple, menée sur des femmes et des personnes dépressives, avait mis en avant leur prédisposition à l’émotionnalité alimentaire, avec une facilité à se tourner vers les aliments riches qui favorisent notamment le surpoids. Ce qui ne tombe pas sous le sens, puisque les bouleversements émotionnels ont plus tendance à couper l’appétit qu’à l’augmenter.

Ceci est d’autant plus néfaste au plus jeune âge ! Selon les chercheurs, cette notion n’est pas innée chez l’enfant, mais développée par le biais d’un système mis en place avec la nourriture par les parents qui exercent un excès de contrôle.

Cependant, les chercheurs de cette étude indiquent qu’elle demande à être approfondie. En effet, dans la mesure où cette étude a été effectuée sur un petit « échantillon » et sur un court terme, d’autres travaux permettraient de confirmer les résultats et la conclusion de celle-ci.

Mon-Psychotherapeute.Com

Laisser un commentaire