Parce qu'il est important d'être bien accompagné ! Contactez gratuitement un psychothérapeute, spécialisé en psychothérapie, ou posez votre question dans le formulaire. Comment trouver un bon psy ?

Syllogomanie : lorsque l’accumulation de choses devient pathologique

Psychothérapie
Publié le 27/05/2014 - Mise à jour le 02/01/2015

syllogomanieCe terme ne vous évoque peut-être pas grand-chose, pourtant 2,3 à 4,6 % de la population seraient concernés par ce trouble. Il est donc possible que vous en ayez déjà entendu parler, que vous côtoyiez une personne qui en souffre, ou bien cela vous concerne directement. Voici un petit point sur cette pathologie qui fait référence à l’accumulation compulsive et excessive d’objets inutiles.

La syllogomanie a longtemps été classée par le DMS (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l’Association américaine de psychiatrie) comme un syndrome du trouble obsessionnel compulsif (TOC). Mais dans sa nouvelle version (DMS-5), elle est considérée comme une pathologie à part entière, le processus remarqué chez les individus souffrant de TOC n’étant pas le même pour les syllogomanes.

Cette pathologie reste mystérieuse, sans doute par la diversité des formes d’accumulation qu’elle peut prendre, mais aussi par sa persistance.

On peut également la retrouver associée à d’autres pathologies, comme des troubles de la personnalité ou des troubles mentaux plus ou moins importants.

L’accumulation compulsive représente un réel risque pour la santé physique et mentale de l’individu, et ce, sans qu’il s’en rende forcément compte ! Dans ses formes les plus légères, elle peut être assimilée à une sorte de collectionnisme excessif, mais dans les cas les plus prononcés, elle fait référence au « syndrome de Diogène », trouble du comportement de cause neurologique ou psychiatrique entraînant une insalubrité extrême qui nuit à la vie de l’individu (pouvant conduire au décès).

Ce trouble peut apparaître tôt dans l’adolescence, il est plus qu’une mauvaise habitude ou une « manie » qui cessera avec le temps. Ses causes connues sont diverses, mais à l’origine, il y aurait souvent un traumatisme affectif déclencheur. Le facteur familial pourrait avoir une importance, les parents et la fratrie d’une personne syllogomane auraient également plus tendance à l’accumulation.

Généralement, ce n’est pas la personne qui en souffre qui cherchera de l’aide directement ! N’ayant pas conscience des problèmes que cela lui cause ou cause à son entourage, ce sont souvent les proches qui s’en aperçoivent et décident d’intervenir. Cependant, la prise de conscience est l’étape nécessaire à l’individu pour qu’il y ait une assez grande motivation permettant le changement.

Selon les individus, les méthodes engagées pour aller vers une modification de leur rapport à l’accumulation seront plus ou moins intenses et longues. Pour certains, le fait qu’un proche mette des limites à un tel comportement sera suffisant pour une prise en charge de la situation, notamment au début de la pathologie, en commençant par un tri et une réorganisation de l’espace de vie s’accompagnant d’un changement des habitudes accumulatrices mises en place.

Mais lorsque le mécanisme est ancré et plus tenace, les psychothérapies permettent de travailler sur la motivation qui va enclencher le changement et de mettre en place un nouveau mode de fonctionnement. Dans certains suivis, des prescriptions médicamenteuses peuvent être proposées. Diverses méthodes psychothérapeutiques peuvent accompagner les personnes souffrant de syllogomanie, les résultats vont dépendre de l’engagement et de la volonté de l’individu à traiter cette pathologie.

Mon-Psychotherapeute.Com

Si vous souhaitez copier un extrait de cet article sur votre site, assurez-vous de respecter les conditions générales d'utilisation du site Mon-Psychotherapeute.Com.

POSEZ VOTRE QUESTION

Posez votre question, un psychothérapeute certifié vous répond !
Vos informations sont confidentielles. Tous les détails dans notre rubrique "Mentions légales"

Laissez un commentaire pour cette article

Suivez nous ...
Abonnez-vous à notre newsletter,
déja +11000 abonnés
Votre avis...
Vous arrive t-il de pleurer ?

Voir les résultats