Parce qu'il est important d'être bien accompagné ! Contactez gratuitement un psychothérapeute, spécialisé en psychothérapie, ou posez votre question dans le formulaire. Comment trouver un bon psy ?

La place du passé dans notre vie

Bien vivre
Publié le 31/01/2011 - Mise à jour le 31/12/2014

la-place-du-passeLe passé reste dans les mémoires de chaque individu, regroupant des souvenirs qui lorsque l’on y pense fait ressurgir diverses émotions.
Le fait de faire un point avec son passé permet de vivre le présent au mieux et de ne pas avoir peur de l’avenir, avec le temps on évolue et on doit apprendre quelles sont les compétences, les acquis que nous avons développé, mais également les défauts, les points négatifs.

Dès le début et tout au long de l’apprentissage on nous guide, nous indiquant ce qui est le mieux pour notre bien, alors on se forge un caractère, une attitude, en fonction des personnes qui ont composé notre entourage. Certains moments précis de votre passé vous ont marqué à un tel point que c’est ancré en vous que ça fait partie de votre personnalité et remontent parfois à la surface des années plus tard.
C’est ainsi que certains n’arrivent pas à être eux-mêmes, incarnant ainsi un rôle, ils ne vivent pas leur vie comme ils le souhaiteraient réellement. Certains problèmes remontant du passé causent un malaise dans le présent, et la plupart du temps on ne sait pas à quel moment ou qu’est ce qui produit de telles conséquences en soi.

Aller creuser dans le passé est parfois douloureux, surprenant… mais utile pour affronter ce malaise et pouvoir le comprendre afin d’aller de l’avant. C’est un long travail parfois difficile qui peut nécessiter l’aide d’un professionnel de la psychothérapie qui vous suivra et vous aidera à comprendre et à affronter ce qui vous pèse.

Mon-Psychotherapeute.Com

  • ► Article suivant : Moi et la vengeance
  • ► Article précédent : Faire face à la vie
  • Si vous souhaitez copier un extrait de cet article sur votre site, assurez-vous de respecter les conditions générales d'utilisation du site Mon-Psychotherapeute.Com.

    POSEZ VOTRE QUESTION

    Posez votre question, un psychothérapeute certifié vous répond !
    Vos informations sont confidentielles. Tous les détails dans notre rubrique "Mentions légales"

    3 commentaires pour “La place du passé dans notre vie”

      Le passé surtout après mon divorce fait rejaillir l’idée que si c’était à refaire en sachant ce que je sais et surtout vécu, je ne le refairai pas. J’éprouve le sentiment non pas d’ignorance, car je pense n’avoir jamais vraiment mal agis en tout cas ni en connaissance de cause, ni ne façon hypocrite et volontaire. Par contre, à ce jour, je me rends bien compte que je ne retire aucun bénéfice d’une vie commune de plus de vingt ans, même si l’acte de divorce m’a fait récupérer tous les biens issus du mariage. Je vois que ma fille et son mari n’éprouve pas le besoin qu’on se voit, en tout cas de façon fréquente. Je me rattache à quelques copains et voisinage, j’ai 58 ans, et franchement c’est plutôt maigre. Si je récupère mon passé, même celui petit enfance, je n’ai plus de contacts avec mes amis d’enfance, tout le monde s’est éloigné sans laisser l’adresse. Mon passé c’est donc le r^ve d’une époque révolu, de mes sentiments non chargés de ce que je pense à ce jour, c’est à dire sans soucis, sans avoir trouver les obstacles que j’ai trouvé depuis, c’est un sentiment passionel de bonheur finalement qui a duré jusqu’à l’armée en 1973, où j’ai vu la société comme elle l’était vraiment, ce flash , non fusionnel, plutôt déstabilisateur. Puis il y a eu tous ces problèmes relationnels privés et publics.

    1. Je me reconnais parfaitement dans ce petit texte. Mon passé a fait de moi une personne qui aujourd’hui ne me convient pas.
      Pendant des années j’ai été frappé, rabaissé, humilié, baladé de familles d’accueil en famille d’accueil parce que ma mère n’avait pas le courage de faire un choix entre son conjoint violent et sa fille. Treize ans de souffrance de peur , de mensonges , être une personne vide a l’intèrieur et qui fait semblant d’être heureuse au regard des gens. Puis quand tout çà s’est fini que ma mère a enfin dit stop là je me suis dit PLUS JAMAIS je ne serai traiter pareil plus jamais je ne me tairais.
      Aujourd’hui j’ai tout pour être heureuse mais je ne le suis pas car ce passé m’a changé , je suis devenu trop  » rebelle  » , dès que je me sens agréssé ou rabaissé je me rebelle, la plupart du temps pour rien et ce avec tout le monde. Je n’ai aucune confiance en moi et je panique pour le moindre imprévu . Et ce comportement me fait aujourd’hui énormément souffrir . Et seul l’aide d’un psy pourra réparer tout çà :s

    2. Je suis content que vous vous reconnaissiez dans ce que j’ai écris Plus précisément dans ce petit texte. En effet mon passé a fait aussi de moi une personne qui aujourd’hui ne me convient pas.
      Dans ma petite enfance, j’ai parfois été frappé par mon père parce que je répondais à ma mère. J’admet avec mon recul avoir parfois été insultant,mais j’ai vu aussi mon frère de six ans plus jeune, rabaissé, humilié, baladé dans ses problèmes, je l’ai toujours en famille plutôt défendu . J’avoue dans ma prime enfance avoir constaté que mon père n’éprouvait plus les mêmes pulsions, ni avec nous nous ni avec ma mère. Là, c’était autre chose, mon père n’avait pas le courage de faire un choix entre sa femme, nous et sa vraie vie. Il n’a jamais été violent avec ma mère, mais elle, elle faisait des grosses crises de nerfs, toujours angoissé, et névrosé. et ce fut très différent. Mais je n’ai pas eu de souffrance au sens strict du terme ou peut-être ne m’en suis pas vraiment préoccupé, de peur de me séparer de mes parents à qui j’ai toujours été attaché , je n’éprouvais pas le besoin de mentir, et cela est aussi un défault, car à force d’être trop franc, ça créé des relations piteuses, mais j’ai sans nul doute été vidé comme vous le dites une personne vide a l’intérieur et qui fait semblant d’être heureux au regard des gens qui n’ont pas ces problèmes. Puis quand tout çà a été fini que ma mère a enfin été mieux, mon frère a coupé les ponts, notamment au décès de mon père avec ma mère et moi, là je me suis dit PLUS rien ne sera comme avant envers lui
      Aujourd’hui j’ai tout pour être heureux bien que sois divorcé, mais je ne le suis pas vraiment car ce passé m’a changé, ce n’est pas que je sois devenu trop ” rebelle ” , au contraire, ce serait plutôt l’inverse, dès que je me sens agressé ou rabaissé je NE me rebelle pas, je prend les choses de beaucoup plus loin, , la plupart du temps pour rien au monde, je me mettrai en colère et ce avec tout le monde. Je ne ne sais pas si j’ai vraiment confiance en moi mais je donne l’impression que oui, et j’essaie vraiment de ne pas paniquer pour le moindre imprévu. Et ce comportement me fait aujourd’hui moins souffrir. J’ai l’aide d’un psy , mais il ne pourra réparer tout çà :tout au plus, il m’offre un médicament pour un meilleur confort d’esprit et parle chaque mois une ½ heure avec moi..

    Laissez un commentaire pour cette article

    Suivez nous ...
    Abonnez-vous à notre newsletter,
    déja +11000 abonnés
    Votre avis...
    Vous arrive t-il de pleurer ?

    Voir les résultats