Parce qu'il est important d'être bien accompagné ! Contactez gratuitement un psychothérapeute, spécialisé en psychothérapie, ou posez votre question dans le formulaire. Comment trouver un bon psy ?

La curiosité : vice ou vertu ?

Enfant
Publié le 27/05/2014 - Mise à jour le 02/01/2015

curiositéLes enfants sont naturellement curieux de tout ce qui les entoure, ce trait de caractère est alors considéré comme indispensable à leurs apprentissages et développements. Mais à l’âge adulte, notre perception de la curiosité devient négative, souvent considérée comme un « vilain défaut » et associée à de l’indiscrétion.

Pourquoi ce trait de caractère stimulé chez l’enfant a-t-il si mauvaise réputation chez l’adulte ?

La curiosité de l’enfant est mise en avant, car elle lui permet de satisfaire un désir de connaissance et de culture générale, c’est ce qui va construire sa personnalité au fur et à mesure. Cependant, chez l’enfant, on peut être confronté à l’autre sorte de curiosité, celle que l’on blâme chez l’adulte, celle qui devient de l’indiscrétion, de la « curiosité mal placée ». La mauvaise image que l’on a de la curiosité vient également de divers récits mythologiques ou de la Bible, où il fut montré qu’assouvir sa soif de connaissance ne fut pas toujours un choix judicieux, certains y laissèrent jusqu’à leur vie. Tous ces exemples ont pour but de définir le fait qu’il y a des limites à la curiosité qu’il ne faut pas dépasser, et si c’est le cas, celle-ci peut devenir condamnable.

En effet, si la curiosité implique de l’enthousiasme, de la motivation, du désir ainsi que d’autres moteurs qui permettent d’agir, elle est alors une réelle qualité qui favorisera un développement personnel tout au long de votre vie. Mais si elle se manifeste de façon incontrôlée, inconsidérée et compulsive, c’est qu’il est temps de se questionner. Il est important de définir si elle relève de la « soif d’apprendre » ou si elle est le début d’un désir de contrôle en voulant tout entendre, voir ou savoir, car la curiosité malsaine peut franchir les limites de l’intimité de l’autre ou être considérée comme un manque de respect.

Et c’est justement cette sorte de curiosité intrusive qui est mal perçue. À l’inverse, un manque de curiosité peut être la cause d’une timidité, voire d’une peur des autres. Mais avant tout, la curiosité est un éveil permanent, c’est grâce à elle que l’on sort de ses habitudes, c’est notamment une forme de courage qui pousse à aller à la découverte de l’inconnu. Il est donc intéressant de développer ce trait de caractère sans qu’il devienne un défaut.

Mon-Psychotherapeute.Com

Si vous souhaitez copier un extrait de cet article sur votre site, assurez-vous de respecter les conditions générales d'utilisation du site Mon-Psychotherapeute.Com.

POSEZ VOTRE QUESTION

Posez votre question, un psychothérapeute certifié vous répond !
Vos informations sont confidentielles. Tous les détails dans notre rubrique "Mentions légales"

Laissez un commentaire pour cette article

Suivez nous ...
Abonnez-vous à notre newsletter,
déja +11000 abonnés
Votre avis...
Vous arrive t-il de pleurer ?

Voir les résultats