Trouver un psychothérapeute

Poser votre question

Accueil | Actualités | Phobies | Claustrophobie : la peur des espaces confinés
a

Claustrophobie : la peur des espaces confinés

La claustrophobie fait partie des phobies les plus courantes, également classifiée dans les troubles anxieux, 4 à 5 % de la population seraient concernés

La claustrophobie fait partie des phobies les plus courantes, également classifiée dans les troubles anxieux, 4 à 5 % de la population seraient concernés. Elle est définie par la peur des lieux confinés, clos, de petite superficie, ce qui peut sembler anodin dans le quotidien devient un vrai parcours du combattant pour celui qui subit cette phobie !

Les symptômes développés sont liés à la peur de l’enfermement et/ou de la suffocation, ce n’est donc pas forcément le lieu en lui-même qui est craint, mais ce qui pourrait se produire si la personne se trouvait « coincée » dans le lieu. Ce qui fait la différence entre situation désagréable et pathologie, c’est l’intensité de l’angoisse. Une personne claustrophobe est prise de crises d’angoisse ou de panique incontrôlables accompagnées de symptômes physiques (vertiges, palpitations, accélération du rythme cardiaque, malaise…).

Comme pour beaucoup de phobies, certaines personnes préfèrent l’évitement à la confrontation, ce qui dans un premier temps peut donner l’impression de fonctionner ne fait en définitive qu’accroître la pathologie.

Les causes sont diverses selon les individus, cette pathologie peut apparaître suite à un traumatisme (qui peut remonter à l’enfance) ou une mauvaise expérience, à un moment de la vie où l’on est plus vulnérable, elle peut également être héréditaire.

Il existe des moyens d’en venir à bout, cependant il est bien souvent nécessaire de connaître l’origine de la phobie afin de pouvoir y remédier. La claustrophobie concerne tout type de population, on la retrouve également chez les enfants. Dès les premiers signes néfastes constatés sur le quotidien, il ne faut pas hésiter à consulter, il sera plus facile d’y faire face dans les débuts plutôt que lorsqu’elle sera installée.

Diverses méthodes thérapeutiques sont indiquées dans la prise en charge des phobies, la psychothérapie reste le moyen non médicamenteux le plus efficace d’y remédier, mais elle nécessite une réelle implication de votre part.

Mon-Psychotherapeute.Com

Laisser un commentaire