Parce qu'il est important d'être bien accompagné ! Contactez gratuitement un psychothérapeute, spécialisé en psychothérapie, ou posez votre question dans le formulaire. Comment trouver un bon psy ?

Petites Addictions

Actualités par nos pros
Publié le 13/05/2013 - Mise à jour le 02/01/2015

Cesser de fumer sans compensation

Nous connaissons tous les méfaits du tabac, sur la santé et sur le budget, et beaucoup de fumeurs voudraient stopper cette mauvaise habitude. Car le tabac agit comme une drogue et si le sevrage ne comporte pas de danger physique, il peut avoir des conséquences psychologiques, le tabac jouant un rôle d’antidépresseur et un brûleur de calories.
C’est pourquoi le fumeur qui veut arrêter est angoissé et peut compenser en surconsommant des  aliments ou autres douceurs ce qu’il ne faut justement pas faire.
Il faut cerner les motivations négatives du fumeur, les neutraliser, puis dégager les motivations positives qui vont l’aider à changer de comportement. Sous hypnose, nous allons graver le dégoût du tabac dans son cerveau et installer  les motivations positives.
Ces quelques séances vont aider la personne à changer de comportement, car cette méthode favorise la gestion du stress qui est bien souvent la motivation du fumeur.
Cette technique solutionne le problème à la source et renforce la volonté, sans angoisse.

Savoir dire non au troisième verre

De plus en plus je reçois de jeunes personnes qui commencent à souffrir d’une accoutumance à l’alcool. Elles ne sont pas alcooliques mais ne savent pas faire la fête sans s’alcooliser et souffrent de ce comportement qui se reproduit trop souvent et nuit à leur santé, voire à leurs études ou à leur travail. Elles ont peur en refusant, de se déconsidérer vis à vis de leurs copains ou collègues.
Cette attitude relève d’une confiance en soi insuffisante.
En quelques séances, bien souvent, ces personnes renforcent  leur narcissisme et apprennent à s’affirmer et à dire non, sans se sentir ni coupables ni inférieures vis à vis de leur entourage et peuvent continuer à profiter de leur vie sociale, en tout bien, tout honneur et surtout en préservant leur santé.
Si vous êtes dans ce cas là, n’hésitez pas, n’attendez pas d’être complètement dépendant, ce qui sera bien plus douloureux et demandera un sevrage bien plus radical, qui vous privera des plaisirs de la vie sociale ou festive.
Tout comme dans l’alimentation il est préférable de savoir consommer et se faire plaisir raisonnablement tout au long de sa vie.

Mon-Psychotherapeute.Com | Madeleine Julliard

  • ► Article suivant : Les mémoires du corps
  • ► Article précédent : La Violence
  • Si vous souhaitez copier un extrait de cet article sur votre site, assurez-vous de respecter les conditions générales d'utilisation du site Mon-Psychotherapeute.Com.

    POSEZ VOTRE QUESTION

    Posez votre question, un psychothérapeute certifié vous répond !
    Vos informations sont confidentielles. Tous les détails dans notre rubrique "Mentions légales"

    Laissez un commentaire pour cette article

    Suivez nous ...
    Abonnez-vous à notre newsletter,
    déja +11000 abonnés
    Votre avis...
    Vous arrive t-il de pleurer ?

    Voir les résultats