Trouver un psychothérapeute

Poser votre question

Accueil | Actualités | Sommeil | L’hypersomnie ou le besoin irrépressible de dormir
a

L’hypersomnie ou le besoin irrépressible de dormir

L’hypersomnie primaire ou idiopathique est une pathologie rare, mal connue, et qui n’a pas de cause identifiée.

L’hypersomnie primaire ou idiopathique est une pathologie rare, mal connue, et qui n’a pas de cause identifiée. Elle fait partie des troubles du sommeil. Sa particularité se trouve dans un ensemble de « symptômes » qui se manifestent notamment par un besoin excessif de sommeil, nettement plus marqué que pour la plupart des gens, ainsi que par une fatigue ou somnolence intense au cours de la journée. À ne pas confondre avec la narcolepsie (endormissement brutal et incontrôlé).

Cette forme d’hypersomnie reste complexe, car aucune cause n’est mise en évidence, contrairement à l’hypersomnie secondaire qui résulte d’une prise médicamenteuse, d’une dépression, de lésions cérébrales… Plus rare que la narcolepsie, cette pathologie concernerait 1 personne sur 10 à 500 000. Apparaissant chez le jeune adulte de 15 à 30 ans sans aucune certitude qu’un lien familial puisse exister.

Cette pathologie occasionne un réel handicap au quotidien et a de sérieuses conséquences sur la vie familiale, sociale et professionnelle.

Généralement, on a remarqué que le sommeil est pourtant de bonne qualité, mais ne suffit pas, et dans la journée, il est difficile de combiner ces besoins de sommeil avec les activités journalières, notamment dans la vie professionnelle qui ne permet pas forcément un aménagement des horaires ! Quant au réveil, il reste toujours difficile. Que ce soit le matin ou suite à une sieste, il est marqué par une sensation d’ivresse ou de confusion qui peut aller jusqu’à une perte de repères temporaire. Même si la plupart des hypersomniaques profitent de chaque moment disponible pour faire une sieste, ce qui peut faire sourire l’entourage, il faut savoir que ces siestes sont peu réparatrices et que le réveil est toujours difficile, mais elles sont une nécessité ressentie par l’individu atteint d’hypersomnie. Ce temps consacré à dormir donne la sensation de passer à côté de certains moments de sa vie, de pouvoir moins profiter des journées et de moins s’adonner à des activités ou loisirs.

Certains médicaments comme le Modafinil ont montré leur efficacité, tout comme certaines psychothérapies. Les thérapies comportementales et cognitives, la psychanalyse, la psychothérapie psychanalytique, la psychothérapie de groupe peuvent également constituer un réel accompagnement et soutien pour l’individu souffrant d’hypersomnie.

Mon-Psychotherapeute.Com

Laisser un commentaire