Parce qu'il est important d'être bien accompagné ! Contactez gratuitement un psychothérapeute, spécialisé en psychothérapie, ou posez votre question dans le formulaire. Comment trouver un bon psy ?

Une psychothérapie plutôt que des somnifères pour les insomnies !

Sommeil
Publié le 24/03/2014 - Mise à jour le 02/01/2015

psychothérapie pour insomnieLe mécanisme du sommeil est en rapport avec le comportement adopté lors du coucher, dans le cas de l’insomnie celui-ci est alors perturbé. Ce dérèglement peut apparaître à tout âge, le sommeil paraît superficiel et non reposant le lendemain. Les journées sont difficilement assumées.

La cause des insomnies

Les causes de l’insomnie sont diverses, mais souvent liées au stress, à l’anxiété, à l’environnement, à l’hygiène de vie… Pour les personnes souffrant de dépression, elle peut être aussi bien la cause que le symptôme. Il existe également différentes sortes d’insomnie avec des degrés d’intensité et de durée différents. Détecter l’origine et le type d’insomnie permet alors de répondre au mieux avec un « traitement » adapté !

Il est parfois possible de passer une nuit blanche ou de passer la nuit à remuer dans son lit en cherchant le sommeil, mais si cela se répète dans une même semaine, voire de façon chronique, il faut consulter. Il est important de souligner que l’insomnie a des répercussions négatives, aussi bien sur le quotidien que sur la santé (physique et mentale), voire sur la vie de couple et/ou familiale.

Utilisation des somnifères

L’association faite entre l’insomnie et les somnifères peut en freiner plus d’un. La prescription de somnifères peut être effrayante : l’efficacité ne tient que sur le court terme. La liste des effets secondaires indésirables n’est pas anodine, surtout pour les personnes âgées. Sur une longue période, il y a des risques de dépendance aussi bien physique que mentale, et une période de sevrage encadré sera souvent nécessaire.

Il existe d’autres prises en charge non médicamenteuses et d’autant plus efficaces (sur le long terme). Par ailleurs, une étude menée par le professeur Cara Tannenbaum et l’étudiant Dharmender Singh de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM) a démontré que « Le gouvernement gagnerait à rembourser les aînés qui suivent une psychothérapie de type cognitivo-comportemental pour traiter leur insomnie, plutôt que de payer leurs somnifères. » L’efficacité des psychothérapies, notamment cognitivo-comportementales, dans le traitement de l’insomnie prouve la possibilité d’intervention sans médicament. Cela dit, l’implication de la personne n’est pas la même : contrairement à une prise de comprimés, la démarche sera plus complète, l’insomniaque devra s’impliquer, suivre et terminer sa psychothérapie jusqu’au bout pour que le résultat soit concluant.

Mon-Psychotherapeute.Com

Si vous souhaitez copier un extrait de cet article sur votre site, assurez-vous de respecter les conditions générales d'utilisation du site Mon-Psychotherapeute.Com.

POSEZ VOTRE QUESTION

Posez votre question, un psychothérapeute certifié vous répond !
Vos informations sont confidentielles. Tous les détails dans notre rubrique "Mentions légales"

Laissez un commentaire pour cette article

Suivez nous ...
Abonnez-vous à notre newsletter,
déja +11000 abonnés
Votre avis...
Vous arrive t-il de pleurer ?

Voir les résultats