Parce qu'il est important d'être bien accompagné ! Contactez gratuitement un psychothérapeute, spécialisé en psychothérapie, ou posez votre question dans le formulaire. Comment trouver un bon psy ?

La kleptomanie / cleptomanie : le vol pathologique

Addictions
Publié le 10/06/2014 - Mise à jour le 02/01/2015

kleptomanie - cleptomanieLa kleptomanie (s’écrit également « cleptomanie ») est classée parmi les troubles du contrôle des impulsions selon l’A. A. P. (Association américaine de psychiatrie). Ce trouble est connu des professionnels, pourtant on en sait encore peu à son sujet. Cependant, il se caractérise par des particularités qui lui sont propres, différenciant ainsi les individus kleptomanes/cleptomanes des voleurs lambda.

Qu’est-ce qu’un cleptomane ?

En effet, le kleptomane, contrairement au voleur « plus classique », souffre d’une obsession incontrôlable qui le pousse à dérober des objets qui la plupart du temps n’ont aucune ou très peu de valeur marchande. Le vol n’est pas prémédité et souvent l’individu ne prend conscience de son acte que quelque temps après l’avoir commis. Ce n’est pas l’objet en lui-même qui l’intéresse, car même si une fois en sa possession il peut le conserver, bien souvent il sera jeté, donné ou remis à sa place d’origine ! C’est plutôt l’acte en lui-même qui est la source de motivation pour le kleptomane.

Selon les spécialistes, ce trouble reste rare : 0,5 à 1 % de la population serait concerné et les femmes y seraient plus sujettes. Les kleptomanes ne représenteraient que 5 % des voleurs ! On peut retrouver les symptômes listés dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux américain (DMS-IV) : désir incontrôlable et récurrent à dérober, individu subissant une forte tension avant le passage à l’acte suivi par un soulagement lorsque c’est fait.

L’objet volé ne doit pas se situer dans le cadre d’une nécessité personnelle ou vitale et ne doit pas avoir une valeur marchande importante.

Le vol ne doit pas être une conséquence de la colère ou de la vengeance et ne doit pas être lié à des délires hallucinatoires ou maniaques.

Cette pathologie ressemble étroitement au trouble obsessionnel compulsif (TOC) : l’obsession de dérober quelque chose est soulagée de façon temporaire par l’acte. Bien évidemment, si ce trouble n’est pas pris en main, il peut évoluer et s’accompagner d’autres troubles plus ou moins graves.

La plupart du temps, l’individu qui en souffre ne prend pas conscience de la gravité de ses gestes et ne se reconnaît pas en tant que kleptomane. Il faudra un élément déclencheur, majoritairement en étant confronté à une arrestation, pour qu’il y ait une prise de conscience qui le pousse à trouver une solution !

Les causes ne sont pas claires, mais il semblerait que le passage à l’acte comble un vide ou soit une conséquence d’autres problèmes sous-jacents.

La kleptomanie peut être prise en charge. Mais pour qu’il y ait des résultats, l’individu kleptomane doit l’admettre et avoir un désir de changement ! La kleptomanie est un processus ancré chez l’individu, des solutions médicamenteuses (antidépresseurs) ou solutions de détournement peuvent être proposées, mais ne seront pas suffisantes pour régler le problème.

Pour guérir de cette pathologie, il faut trouver les causes psychologiques du trouble. Les psychothérapies (notamment les TCC, l’hypnose…) sont tout à fait recommandées dans ce type d’accompagnement.

Mon-Psychotherapeute.Com

Si vous souhaitez copier un extrait de cet article sur votre site, assurez-vous de respecter les conditions générales d'utilisation du site Mon-Psychotherapeute.Com.

POSEZ VOTRE QUESTION

Posez votre question, un psychothérapeute certifié vous répond !
Vos informations sont confidentielles. Tous les détails dans notre rubrique "Mentions légales"

Laissez un commentaire pour cette article

Suivez nous ...
Abonnez-vous à notre newsletter,
déja +11000 abonnés
Votre avis...
Vous arrive t-il de pleurer ?

Voir les résultats