Parce qu'il est important d'être bien accompagné ! Contactez gratuitement un psychothérapeute, spécialisé en psychothérapie, ou posez votre question dans le formulaire. Comment trouver un bon psy ?

La dépression : un réel coût pour les finances publiques !

Dépression
Publié le 09/11/2015 - Mise à jour le 04/01/2016

La dépression est un réel handicap dans la vie de celui qui la subit, que ce soit sur le quotidien, le rapport aux autres, au travail… Quant à la prise en charge, elle n’est souvent pas adaptée aux besoins, avec plus de prescriptions médicamenteuses que de suivi et de soutien psychothérapeutique personnalisés. Si bien qu’une récente étude met en avant le fait qu’un dépressif sur quatre resterait 3 ans sans vie professionnelle.

la-depression-un-reel-cout

Cette étude faite par des mutualités libres en Belgique dévoile un dysfonctionnement dans la prise en charge des personnes souffrant de dépression ainsi que l’impact notamment financier qu’elle suscite pour les finances publiques. Le résultat publié à l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale montre que ce sont 27 % d’adultes qui sont dans l’incapacité de travailler durant 3 ans, et 17 % durant 5 années consécutives, ce qui représente un coût total de 67 000 euros. Ce sont 5900 euros par an en soins de santé pour une personne dépressive en activité, et pour celles qui doivent être hospitalisées (25 %), les dépenses annuelles sont d’une moyenne de 14 500 euros. L’absence au travail coûterait 3400 euros par an et par personne, et pour 10 % des personnes qui sont hospitalisées et ne travaillent plus, les frais explosent.

À l’heure actuelle, la sécurité sociale ne prend pas en charge les séances de psychothérapie pour cette pathologie (ni aucune autre d’ailleurs), le remboursement des séances se fait uniquement si la consultation a lieu chez un psychiatre.

Alors, le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) recommande la psychothérapie comme prise en charge préférentielle de la dépression, mais les solutions médicamenteuses restent pourtant privilégiées. Il n’y a que 50 % des personnes dépressives qui ont bénéficié d’une petite prise en charge (4 séances remboursées), ce qui n’est pas suffisant pour traiter ce type de pathologie.

Les mutualités libres demandent de considérer la santé mentale comme une priorité de santé publique, afin qu’il y ait une prise en charge adaptée et optimale. Dans ce sens, des fonds doivent être débloqués, ce qui aura pour conséquence un coût moins important que les dépenses actuelles, avec plus d’efficacité. Diverses études ont déjà montré que les individus bénéficiant d’un suivi avec un psychothérapeute consomment moins (voire pas du tout) de médicaments, sont moins absents au travail et sont moins hospitalisés. Une reconnaissance des psychothérapeutes habilités doit être faite par le gouvernement pour qu’un remboursement des séances de psychothérapie soit possible.

Mon-Psychotherapeute.Com

  • ► Article suivant : Dormir pour être en bonne santé !
  • ► Article précédent : Harcèlement, manipulation dans le couple
  • Si vous souhaitez copier un extrait de cet article sur votre site, assurez-vous de respecter les conditions générales d'utilisation du site Mon-Psychotherapeute.Com.

    POSEZ VOTRE QUESTION

    Posez votre question, un psychothérapeute certifié vous répond !
    Vos informations sont confidentielles. Tous les détails dans notre rubrique "Mentions légales"

    Laissez un commentaire pour cette article

    Suivez nous ...
    Abonnez-vous à notre newsletter,
    déja +11000 abonnés
    Votre avis...
    Vous arrive t-il de pleurer ?

    Voir les résultats