Trouver un psychothérapeute

Poser votre question

Sex addict

La relation sexuelle est source de plaisir, elle est provoquée par le désir, le désir de l'autre, le désir du partage, le désir d'union dans un espace intime avec comme o...

La relation sexuelle est source de plaisir, elle est provoquée par le désir, le désir de l’autre, le désir du partage, le désir d’union dans un espace intime avec comme objectif se faire du bien, se déconnecter du monde pour être connecté à deux, et pourquoi ne pas atteindre l’orgasme.

Je tiens ici à dire que l’orgasme est fluctuant d’intensité variable, la relation sexuelle n’est pas toujours un feu d’artifice même si les artificiers mettent tout leur cœur à l’ouvrage.

L’addiction au sexe fonctionne comme toutes les addictions, il y a confusion entre désir et besoin, entre besoin et plaisir. Le sexe n’est pas un besoin vital, c’est une affaire de désir.

Vouloir faire l’amour souvent, tous les jours, plusieurs par jours avec la même personne n’a rien de condamnable, tant que les deux partenaires sont désirants et consentants, cela n’a rien avoir avec l’addiction sexuelle. L’addict sexuel ne peut se passer de sexe, il est à la recherche d’un plaisir personnel sans notion de partage . Le recours à la masturbation excessive ( au-delà de 10 masturbations par jour) chez l’addict sexuel prouve bien ce besoin solitaire de satisfaction. Souvent l’addict sexuel se présente comme un séducteur, il est à la recherche de femmes non pas pour ce qu’elles sont mais pour ce qu’elles peuvent lui apporter, c’est à dire répondre à cette dépendance. Dépendance qui à souvent un impact sur la vie de couple, familiale, amicale, professionnelle tant la recherche de partenaires occupe la majorité de leur temps. La préoccupation principale et qui semble vitale pour l’addict sexuel et d’avoir du sexe pour le sexe.

Le sex addict est généralement dépendant de l’alcool, tabac, drogue, signes d’une souffrance réelle souvent niée par la personne. Lorsqu’il y a excès associé à l’incapacité de raisonnement il y a pathologie.

Laisser un commentaire